EchosMedias.ci
FLASH
Deuil Le Professeur Marcel Étté a tiré sa révérence Le Professeur en médecine, Marcel Étté était membre-fondateur, puis secrétaire général du syndicat des enseignants-chercheurs des Universités, le SYNARES qui, uni avec la FESCI (syndicat étudiants) et le Synesci (enseignants du secondaire), avait eu raison du pouvoir PDCI en 1990, dans le combat contre le parti unique alors en vigueur en C&ocir
Dimanche 16 juin

L’éléphant et le lion

Contribution, 05.07.2018 09:11, vu 339 fois
Le président Henri Konan Bedié et Alassane Ouattara
Le président Henri Konan Bedié et Alassane Ouattara

Ça se passe comme dans une jungle, où l’animal le plus fort doit manger le plus faible pour vivre. Ici, le lion, le roi de forêt, et l’éléphant, le plus fort de la forêt sont désormais à couteaux tirés. L’alliance pour le partage du gâteau a apparemment vécue. Qui vaincra l’autre ? L’évolution de la situation nous situera. Présentement, l’on constate que le lion a ouvert la chasse à l’éléphant. La raison est que le second refuse de chanter à l’unisson. Il veut aller en solo en 2020. Chose qui aiguise la colère du lion.
Le mercredi 04 juin dernier , le Chef de l’Etat Alassane Ouattara a dissous le premier gouvernement de la troisième République. Son premier ministre Gon Coulibaly a été systématiquement reconduit avec une consigne ferme : Former un nouveau gouvernement composé de personnalités issues du Rhdp et de la société civile. Cette nouvelle configuration présage que les défenseurs de l’alternance politique en 2020 ou les défenseurs de l’identité du Pdci seront exclus du souper. Les bienvenus ne seront que les chantres du parti unifié. Et cela a commencé la veille. Avec le ministre Adjoumani qui a lancé « Sur les traces d’Houphouët Boigny » ; un courant politique au sein du plus vieux parti de Côte d’Ivoire, a-t-il dit.
Pendant ce temps, les observateurs et analystes de la scène politique ivoirienne s’interrogent. Que fera le sphinx ? Quelle carte va-t-il jouer? Les regards sont tournés vers Daoukro ; le sanctuaire des appels « solennelles » qui changent le cours des situations politiques en Côte d’ivoire. Le candidat du peuple, Feu le général Guéi Robert et ses jeunes gens ont l’amer ’expérience. C’était en 2000. Le Front populaire ivoirien (FPI) et son mentor Laurent Gbgabo l’ont appris à leurs dépens entre les deux tours de la présidentielle de 2010. Les irréductibles du Pdci qui rêvaient d'être les porte-étendards de leur parti en 2015 l'ont eux aussi gouté. L’herbe leur a été coupé sous le pied un an avant.
Pour l’heure, le lion a décidé d’en découdre avec l’éléphant.


Source : La rédaction

Lire aussi dans Contribution

Tribune : Réforme hospitalière ou le Marché à l’hôpital public ?
L’affaire Gbagbo/Goudé, est-ce l’échec ou l’honneur de la CPI?
Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire/ Un juriste se prononce
Séry Bailly, le pontife, s’en est allé
Côte d'Ivoire/ Elections municipales et régionales: Après le boycott des municipales et régionales, le FPI fait quoi ?
Interrogé sur les raisons de sa présence chez Simone Gbagbo Guikahué : « le moment venu, j’irai chez elle en politique »
Côte d'Ivoire/ Abandon de deux (02) charges contre Blé Goudé à la CpI: Quelles implications ?
Côte d'Ivoire/ Grève contre les frais annexes: Un ex-leader de la Fesci fait des révélations
Côte d'IvoireAlpha Blondy « Je veux que les armes se taisent en Côte d’Ivoire »
Election au Mali/ Bédié félicite Ibk

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 38,888