EchosMedias.ci
FLASH
Cour pénale internationale Reprise du procès Gbagbo et Blé Goudé à La Haye. La défense plaide pour un non-lieuLa Coordination des centrales du secteur de la santé a lancé lundi au CHU de Angré sa grève de 5 jours après un échec des négociations avec le gouvernement (APA)Sangaré Abdourhamane, 1er vice président du Front populaire ivoirien décédé le samedi 3 novembre 2018 à Abidjan
Mercredi 14 novembre

Journée mondiale pour la santé et la sécurité au travail: L’inexistence de négociation oblige les jeunes à des emplois sans garantie, selon la Cndhci

Droits humains, 27.04.2018 15:00, vu 198 fois
Namizata Sangaré, présidente du Cndhci
Namizata Sangaré, présidente du Cndhci
Le « droit d’exercer une activité légale dans des conditions décentes » est un droit fondamental de l’Homme, consacré par divers instruments et mécanismes de protection des Droits de l’Homme dont, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (article 23) et le Pacte International de 1966 relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels (article 6).

La création en 1919 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) par le Traité de Versailles marque un tournant important sur l’amélioration des relations professionnelles, la protection des travailleurs, et l’harmonisation des législations sociales des Etats membres. Aussi, l’OIT a-t-elle institué la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail, célébrée chaque 28 avril depuis 2003. A l’occasion de la célébration de cette journée, ce 28 avril 2018, l’OIT a choisi d’attirer l'attention des Etats et des entreprises sur l'étendue du travail des jeunes et des enfants. C’est pourquoi, elle a choisi cette année d’axer les réflexions sur le thème suivant : « Améliorer la sécurité et la santé des jeunes travailleurs ». Le choix de ce thème traduit la volonté de l’OIT d’améliorer les conditions de travail en général et d’échanges dans la perspective d’une meilleure prévention des accidents et des maladies sur le lieu de travail. Pour sa part, la Côte d’Ivoire, à travers la loi n°2010-272 du 30 septembre 2010 portant interdiction de la traite et des pires formes de travail des enfants, manifeste clairement son engagement à œuvrer aussi bien à l’amélioration de la sécurité et la santé des jeunes travailleurs qu’à la conduite d’une lutte efficace contre le travail des enfants. Cet engagement est confirmé dans la prise d’un arrêté ministériel du 19 janvier 2012, qui dresse la liste des travaux dangereux interdits aux enfants de moins de dix-huit ans. Tout en félicitant le Gouvernement pour les efforts consentis pour l’éradication du phénomène du travail des enfants, la CNDHCI relève qu’un grand nombre de jeunes sont astreints au travail dans des conditions difficiles, en raison de contraintes liées notamment à la pauvreté, au manque d’expérience ou de formation professionnelle appropriée. Egalement, l’inexistence d’un véritable pouvoir de négociation oblige bien souvent les jeunes à accepter des tâches ou des emplois sans une réelle garantie de conditions de travail conformes aux normes et engagements internationaux. Par ailleurs, la CNDHCI encourage le Gouvernement à procéder à une évaluation globale de la mise en œuvre de la règlementation du travail en Côte d'Ivoire et veiller ainsi au respect des lois sur le travail des jeunes. Enfin, la CNDHCI exhorte le Gouvernement à prendre des mesures afin de parvenir à court ou moyen terme à l’éradication effective et définitive du travail des enfants dans notre pays.
Fait à Abidjan le 28 avril 2018
La Présidente
Namizata SANGARE

Source :

Lire aussi dans Droits humains

Cpi/ Demande de documents aux autorités ivoiriennes par la Chambre préliminaire II: Lien avec l’ordonnance portant amnistie et impact sur le mandat d’arrêt visant Simone Gbagbo
Cour pénale internationale (CPI): La Présidence approuve des amendements au Règlement du Greffe
Côte d'Ivoire/Yamoussoukro: Les travaux de l'institut de formation judiciaire on débuté
Cour pénale internationale: Fatou Bensouda échange avec la Présidente de la Juridiction colombienne spéciale pour la paix (Communiqué)
Côte d'Ivoire/ Vague de violences sur le territoire national: La Cndhci interpelle le Gouvernement ( Déclaration)
Cour pénale internationale: Une requête de la Défense de Gbagbo rejetée
Côte d'Ivoire/Promotion des droits de l’homme: La littérature ivoirienne au cœur des débats
Cote d'Ivoire/Journée internationale du réfugié: Plus de 25 000 ivoiriens encore en exil
Côte d'Ivoire/Affaire agrobusiness: Détenue depuis plus d'un an, Michelle Koffi attend toujours son jugement; des femmes veulent marcher sur la Maca
Cour pénale internationale (CPI): La cour décide d'une mise en liberté provisoire de Jean Pierre Bemba

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2018 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 28,437