EchosMedias.ci
FLASH
La destruction des 18.000 tonnes de riz avarié a démarré mardiLa Banque Mondiale va achever les travaux de construction du bâtiment d’hospitalisation de la chirurgie de l’hôpital général de Bingerville (Kristalina Guerguieva)Le gouvernement a adopté pour 2019-2020, une ligne de financement de 727 milliards FCFA avec une question accordée à l’autonomisation de la femme et de la jeune fille (Kablan Duncan)La direction générale des impots organise ce jeudi 11 avril, un séminaire bilan
Mercredi 24 avril

Côte d'Ivoire/ Saignée de l'hévéa: Une technique en oeuvre pour une amélioration

Economie, 26.03.2019 15:51, vu 212 fois
heve
heve
Une mission conjointe de l’Agence Française de Développement (AFD) et du Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP REDD+) a effectué une visite de terrain à Mopodji, dans le département d’Alépé à proximité de la forêt classée de Yaya. Cette visite avait pour objectif de présenter l’état d’avancement de la mise en œuvre des activités du projet REDD+ de la Mé. La délégation a visité 5 sites sur lesquels les producteurs ont bénéficié de l’appui technique du Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ sur financement du Contrat de Développement et de Désendettement (C2D). Les sites visités ont permis à la mission de s’imprégner des mesures d’accompagnement mises en œuvre. Sur le 1er site, les producteurs ont été accompagnés en vue de la régénération de vieilles plantations de café en association avec le vivrier dont la banane plantain. Cette mesure a l’avantage de contribuer à la régénération des vieilles plantations de caféier abandonnées en contribuant à la diversification des productions. En outre, en intégrant du vivrier, le projet optimise l’utilisation du sol et freine la logique de destruction des vieilles jachères pour produire les cultures vivrières. Sur le 2ème site, la mission a échangé avec un bénéficiaire de la mesure d’accompagnement portant sur le reboisement. M. ZOUGRANA à l’instar d’autres planteurs de Mopodji a bénéficié de l’appui du projet pour s’engager dans le reboisement avec du « Gmelina », une espèce d’arbre à croissance rapide. A Mopodji, c’est plus d’une trentaine d’hectares qui ont été reboisés par le projet. Associer 2 cultures pérennes notamment le cacao et l’hévéa sur la même parcelle est possible. Cette expérience a été présentée aux participants sur le 3e site. Le projet vise à régénérer une parcelle de cacao en association avec de l’hévéa. Sur cette même parcelle, la mission a assisté à une démonstration d’épandage de fiente de poule dont le projet fait la promotion afin d’accroître le rendement des plantations de cacaoyer. La mesure portant sur l’amélioration de la saignée a également été présentée à la mission. M. N’DRI Brou, un bénéficiaire du projet ayant reçu cette formation a indiqué qu’en application de la nouvelle technique, la quantité de caoutchouc récoltée est passée du simple au double, après 7 mois de formation se réjouit-il. La mission s’est ensuite rendue sur le dernier site dans le cadre de l’engagement du secteur privé au mécanisme REDD+. A cet effet, une superficie de 5 hectares a fait l’objet d’un reboisement en partenariat avec la société Tranchivoire en introduisant des plants d’arbres d’« Acajou » et de « Niangon » dans une parcelle de cacao. Après cette visite de site, le Plan de Développement Local du village de Mopodji, élaboré en collaboration avec le Ministère du Plan et du Développement, a été présenté par le comité en charge de sa mise en œuvre. Pour l’accompagnement de ce plan, 2 des projets définis dans ledit document sont financés à hauteur de 10 000 000 F CFA par le Contrat de Désendettement et de Développement(C2D). Il s’agit de la réhabilitation du groupe scolaire et du centre de santé de Mopodji. Cette présentation a précédé la visite de l’école de Mopodji où plusieurs bâtiments ne sont pas fonctionnels, la cantine y compris. Au terme de cette mission, le Secrétaire Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP REDD+) a exhorté le Comité de Développement local de Mopodji à poursuivre la mise en œuvre de ce Plan de Développement avec l’appui d’autres donateurs. Colonel AHOULOU Kouamé Ernest a par ailleurs invité les paysans du village à mieux s’approprier les techniques d’agriculture zéro-déforestation dont l’agroforesterie, la diversification des systèmes de culture afin qu’ils aient plus de revenus tout en préservant les ressources de la forêt. Pour sa part, le Chef de la délégation de l’Agence Française de Développement (AFD) a rappelé que le Contrat de Désendettement apporte un appui à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale REDD+ à travers le Projet REDD+ de la Mé à hauteur de 1 milliard 600 millions de F CFA. M. Thierry DUPLAN d’ajouter que ce projet combine des actions à la fois transversales et sectorielles en vue de réduire la déforestation et d’améliorer les conditions de vie des populations vivant à la périphérie des forêts classées de Mabi et Yaya. Le projet REDD+ de la Mé, lancé officiellement le 09 décembre 2016, pour une durée de 3 ans est dans sa dernière année de mise en œuvre. Financé à travers les ressources du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D), il a pour finalité de réduire les émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation tout en améliorant les conditions de vie des populations riveraines des forêts classées de Mabi et Yaya. Il est mis en œuvre par l’Association française NITIDAE en étroite collaboration avec le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP REDD+). Cependant, son exécution est encadrée par un Comité de Pilotage Régional qui se réunit une fois par trimestre. Ce Comité est présidé par le Préfet de la Région de la Mé, Préfet du Département d’Adzopé et comprend 12 membres issus de l’administration, du privé, des chefs coutumiers et organisations de la Société Civile. Au terme des 2 premières années de sa mise en œuvre, l’on peut notamment citer comme principales réalisations : la sélection de 7 projets dédiés à la mise en œuvre des Plans de Développement Locaux dans les secteurs santé et éducation, la finalisation de la sensibilisation de proximité sur les législations foncière et forestière qui aura touché au final plus de 4000 personnes, la finalisation de la délimitation des territoires de village du département d’Alépé et le démarrage des activités de délivrance des certificats fonciers, l’accompagnement de près de 1000 exploitations agricoles familiales sur plus de 3000 hectares avec en point d’orgue, la certification biologique obtenue par la Société Coopérative Simplifiée des Producteurs de Cacao Biologique de la Mé (PCBM) et des effets déjà très positifs concernant la saignée améliorée.150 hectares de forêts ont été reboisés, 20 charbonniers formés aux techniques de carbonisation améliorée et 5 projets d’énergie domestique durable ont été financés (production de biogaz, fabrication du bio charbon, construction de fours améliorés).

Source : Franck Konan

Lire aussi dans Economie

Côte d'Ivoire/Transport logistique: DHL s'installe à Yamoussoukro
Côte d'Ivoire/ Mevente de la noix de cajou: Le groupe parlementaire dénonce
Côte d'Ivoire/ Le Mcc célèbre le genre
Lutte contre le Swollen shoot du cacao: Le Ghana augmente la prime pour lutter contre le fléau
Côte d'Ivoire-Entrepreneuriat Entrepreneuriat: Un jeune ivoirien donne une recette pour être un bon entrepreneur
Côte d'Ivoire/ Recensement des planteurs de café cacao: Un syndicat inquièt
Côte d'Ivoire-Banque mondiale: Le nouveau président du groupe veut soutenir la Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire/ Direction générale des Impôts: Résutats mitigés au 1er trimestre
Côte d'Ivoire/Lutte contre l’orpaillage clandestin: 13 individus en prison à Dimbokro
Côte d'Ivoire-Banque mondiale: Amadou Gon aux Réunions de Printemps

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 55,421