EchosMedias.ci
FLASH
Seize personnes ont trouvé la mort et 12 autres blessées dans un accident de la circulation, samedi à hauteur du village d’Aniassué, à 22 km d’Abengourou, dans l’Est de la Côte-d’Ivoire. Un dépassement mal maîtrisé serait à l’origine de cet accident provoqué par un minicar, communément appelé Massa. Selon des témoins, le conducteur du minicar en provenance d’Abidjan
Vendredi 18 octobre

Côte d'Ivoire/ Réforme de la Cei, élections transparentes: Eds annonce des actions de rue , pour bientôt

Politique, 25.03.2019 08:58, vu 320 fois
georges armand ouégnin
georges armand ouégnin
En un peu moins de deux ans, les Ivoiriens iront aux urnes pour désigner leur prochain président de la République. Mais en attendant cette échéance cruciale pour la Côte d’Ivoire, les regards sont toujours tournés vers le pouvoir Ouattara qui semble jouer sur le temps avec la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei). Ce conformément à l’Arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a enjoint l’Etat ivoirien à réformer son organe en charge des élections. En effet, faut-il le rappeler qu’après analyse de fond en comble de la loi qui fonde la Cei, la Cour Africaine a jugé « discriminatoire » cette Commission envers l’opposition et les candidats indépendants : « l’Etat de Côte d’Ivoire a violé son obligation de créer un organe électoral indépendant et impartial, prévu par l’article 17 de la Charte africaine sur la démocratie et l’article 3 du protocole de la Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance, et qu’il a également, par voie de conséquence, violé le droit des citoyens de participer librement à la direction des Affaires publiques de leur pays garanti par l’article 13 (…) de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples », mentionne la déclaration de l’UA. Depuis lors, le pouvoir Ouattara peine à exécuter cette décision au grand étonnement de l’opposition et la société civile ivoirienne. Aussi constatant cet état de fait, la plateforme politique, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds) présidée par le professeur Georges Armand Ouégnin a-t-elle décidé de prendre à bras le corps cette préoccupation qui participe de la transparence des élections en Côte d’Ivoire. Alors invité d’honneur de la cérémonie d’investiture des « Mamans Gbagbo » du Parlement, une réflexion de l’Union nationale des parlements, orateurs et agoras de Côte d’Ivoire (Unapoci), samedi 23 mars 2019, le professeur Armand Ouégnin a annoncé dans les jours à venir des actions de rue pour exiger la réforme de la Cei. « La Cei sera réformée en profondeur et de façon consensuelle comme nous le souhaitons depuis 2011 et telle que l'exige la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples depuis 2016. Rassurez-vous la loi électorale de 2014 portant composition, attributions, organisation et fonctionnement de la Cei sera modifiée et prendra en compte tout le processus électoral. Là-dessus il n'y a pas de débat qui tienne », a-t-il dit, tout en espérant compter sur la mobilisation des Ivoiriens épris d’une élection transparente et sans accroc en 2020, notamment. « Et c'est pourquoi, a indiqué le président de Eds, je veux compter sur vous en vous demandant de vous mobiliser parce que très bientôt je lancerai un appel à tous les démocrates pour des actions d'envergure sur le terrain afin d'obtenir des tenants actuels du pouvoir une Cei réformée et consensuelle, seul gage d'élections crédibles et transparentes ». Saluant la mémoire des fondateurs de cette plateforme que sont les défunts Abou Drahamane Sangaré et l’écrivain Bernard Dadié, le professeur Georges Armand Ouégnin a saisi l’occasion pour rassurer ses hôtes et au-delà tous les ivoiriens du retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. « Le président Laurent Gbagbo va très bien, rassurez-vous et son retour sur la terre de ses ancêtres est pour très bientôt ». Car, comme le fera savoir le premier responsable de cette plateforme politique, Eds, « le temps de la reconquête du pouvoir d'État est arrivé et dans cette perspective il est très important pour nous d'être dans une logique de réconciliation nationale qui est la seule vraie issue de sortie de crise parce que nous ne savons pas prospérer dans le désordre ». Ce pays a besoin de paix et de dialogue pour aller de l'avant. Le combat de Eds est en train de payer avec la libération de certains prisonniers politiques et le retour de certains exilés », a ajouté le professeur Georges Armand Ouégnin. Mais, a-t-il précisé, « nous ne pouvons pas être en paix avec nous même tant que les militaires qui sont aussi des prisonniers politiques ne seront pas libres. Nous exigeons en conséquence la libération des prisonniers militaires qui croupissent toujours derrière les barreaux ». Tout comme, Eds exige aussi la libération de tous les enseignants ,élèves et étudiants sans exception incarcérés durant la grève des enseignants. Non sans s’insurger contre la barbarie à laquelle la police s'est livrée en molestant les enfants des Ivoiriens . « Nous disons plus jamais çà ! ». A martelé l’hôte des « Mamans Gbagbo ». Notons qu’outre le professeur Georges Armand Ouégnin, différents autres invités se sont succédé au perchoir. Si pour le fédéral du Front populaire ivoirien (Fpi) de Yopougon, Kouassi Bertin ,la commune de Yopougon doit revenir le plus rapidement possible dans le giron du parti fondé par Laurent Gbagbo, pour le président de la Jeunesse Eds, Dahi Nestor , il ne fait l'ombre d'aucun doute que le président Laurent Gbagbo sera bientôt de retour sur sa terre natale. « Tous les militants du Fpi que vous voyez à la tâche tous les weekends travaillent tous sans exception pour la victoire du président Laurent Gbagbo en 2020.le président de Eds va nous mettre en mission vers vous pour que la victoire ne nous échappe pas », a indiqué Dahi Nestor. Notons que c’est une forte délégation conduite par le professeur Georges Armand Ouégnin qui a effectué le déplacement de Yopougon. Comme pour dire que très bientôt la bataille du terrain sera engagée à l’effet de parvenir à une réforme profonde de la Cei.


Source : echosmedias/ Lginfos

Lire aussi dans Politique

Côte d'Ivoire/ Un patron de presse menacé prend l'opinion à temoin (courrier)
Côte d'Ivoire/ Bictogo fait d'importantes promesses à Agboville
Côte d'Ivoire/Affaire Jacques Mangoua: Cette version des faits qui suscite encore la polémique
Situation sociopolitique /Geoffroy-Julien Kouao ( Juriste) : « La 4è République n’est pas loin »
Côte d'Ivoire/ Condamnation du vice-pésident du Pdci: Son parti mecontent
Côte d'Ivoire/ Procès de Mangoua Jacques: Eds dit non et non
Côte d'Ivoire/ Procès du vice-président du Pdci: Le Fpi condamne
Côte d'Ivoire/Persecution de l'opposition: Danielle Boni dit non
Côte d'Ivoire/ Jacques Mangoua, le président du conseil régional de Bouaké condamné à 5 ans ferme
Côte d'Ivoire/ Lire le communiqué du conseil des ministres du mercredi 2 octobre 2019

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 72,901