EchosMedias.ci
FLASH
Dimanche 26 mai

Côte d'Ivoire/ Rébellion de 2002, scrutin présidentiel de 2010: Pourquoi Soro Guillaume doit éclairer les Ivoiriens

Politique, 13.03.2019 17:06, vu 217 fois
Guillaume Soro
Guillaume Soro
« Je ne suis pas homme à m’accrocher, comme un saprophyte, à un poste. On ne peut risquer la paix parce que l’on veut conserver un poste. N’est-ce pas le Président Feu Félix Houphouët-Boigny qui alléguait qu’« aucun sacrifice n’est trop grand quand il s’agit de faire la paix pour son pays ». Cette sagesse du Père Fondateur de la Côte d’Ivoire ne m’a jamais quitté l’esprit. Rassurez-vous, chers Collègues, je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire pour l’aventure de mes convictions. En effet, je préfère descendre de mon piédestal, vivre et partager le quotidien de mes semblables, citoyens ordinaires, que de me complaire dans l’aisance de la posture institutionnelle. (…). Je demeurerai avec vous pour continuer à travailler à l’édification d’une Côte d’Ivoire riche et prospère qui repose avant tout, sur un Etat de droit et des bases démocratiques solides. Je demeurerai avec vous pour continuer le combat du pardon, de la réconciliation et de la paix, ce combat à mes yeux vaut plus que le poste de Président de l’Assemblée nationale ». Propos de Soro Guillaume, ex président de l’Assemblée nationale. Nous étions au 8 février 2019, et sous la contrainte du pouvoir Ouattara, ses ex-alliés, le député de Ferkéssédougou venait ainsi de rendre sa démission de la présidence de la deuxième institution du pays. Depuis lors, « déchargé du fardeau du Rhdp » Guillaume Soro parle, parle, et parle. Jamais il n’a aussi prolixe. Tous les sujets sont abordés. En tout cas, quasiment. Des déclarations à n’en point finir qui finissent par agacer certaines langues, ou qui plaisent à d’autres langues. En tout cas, le constat est que Soro Guillaume n’a plus la langue dans la poche et il fait la Une des tabloïds Ivoiriens. Certes, mais sans pouvoir pousser le bouchon trop loin. Sans pouvoir traduire ses vœux en actions. Le député de Ferké reste jusque-là muet sur certains sujets importants. Des sujets qui participent de l’Histoire du pays et dont les Ivoiriens attendent d’être clarifiés. A savoir notamment la rébellion de septembre 2002 et la vérité sur le scrutin présidentiel de 2010, à l’origine de la crise post-électorale dont les conséquences sont encore vivaces. Soro Guillaume oublie-t-il qu’il a été et demeure un acteur important de ces faits majeurs de l’histoire de la Côte d’Ivoire indépendante ? L’ex président du Parlement ivoirien ne détient-il pas une part de vérité sur ces événements ? Ne serait-ce que sa part de vérité ? En tout état de cause, les Ivoiriens observent et piaffent d’impatience que celui qui fut le chef politique de la rébellion de septembre 2002 et qui a côtoyé aussi longtemps la coalition Rhdp reste si silencieux sur ces sujets ? Alors qu’il a promis dans son adresse d’adieu au poste de président de l’Assemblée nationale, participer à « l’édification d’une Côte d’Ivoire riche et prospère qui repose avant tout, sur un Etat de droit et des bases démocratiques solides ». Or, la réalisation d’un tel acte repose sur la vérité sur la rébellion en Côte d’Ivoire et la crise née du scrutin présidentiel de 2010. Qui est à l’origine de ces crises ? Qui sont les commanditaires ? Quel rôle lui-même Soro Guillaume a-t-il bien joué ? Comment s’est-il retrouvé à la tête d’une rébellion, en sa qualité de jeune et frêle étudiant à l’époque des faits ? Les Ivoiriens veulent savoir la vérité. Et ils en sont convaincus avec l’ex-chef de la rébellion. Malheureusement. Depuis qu’il a été déchargé du fardeau du Rhdp, Soro Guillaume garde le silence sur ces sujets importants. Et pourtant, qui n’a souvenance du 19 septembre 2002. Ce jour-là, une tentative de coup d’Etat contre le régime démocratiquement élu de Laurent Gbagbo est vite muée en rébellion. Celle-ci provoque la scission du pays en deux zones géographiques. La partie sud sous contrôle gouvernemental, la partie septentrionale aux mains des rebelles, dont le chef politique sera connu plus tard comme étant Guillaume Soro. Une chose est sûre : la Côte d’Ivoire s’enfonce dans une période de troubles et d’incertitude telle qu’elle n’en a jamais vécu. L’unité de la Côte d’Ivoire s’en trouve gravement compromise. La scission « nord-sud » du pays s’opère lentement. Les rebelles annoncent leurs premières revendications par la voix d’un de leurs responsables, Guillaume Soro : le départ de Laurent Gbagbo, l’obtention de la nationalité ivoirienne par tous les habitants du pays, mais aussi et surtout l’arrêt de l’emploi de l’idéologie xénophobe de l’ivoirité. C’est dans ce contexte de mi paix, mi guerre que le régime Gbagbo est poussé à organiser les élections présidentielles de 2010, après un report en 2005. La suite est connue de tous. Les résultats du scrutin sont contestés par le camp Ouattara qui bénéficie de l’appui des ex-rebelles sous la conduite de Guillaume Soro. Une preuve irréfutable. Dans la mesure où après la chute du camp Gbagbo, en avril 2011, la branche politique, menée par Guillaume Soro, s'intègre pour une grande part au parti du nouveau chef de l'État (Alassane Ouattara), le Rassemblement des républicains (Rdr). Sans commentaires.



Source : Yann Ouassa

Lire aussi dans Politique

Côte d'Ivoire/ Le Pdci et le Fpi se rapprochent de plus en plus
Côte d'Ivoire/ Lire le conseil des ministres du mercredi 22 mai 2019
Côte d'Ivoire/ Le président du Sénat, Ahoussou Kouadio, annonce son adhésion au RHDP
Côte d'Ivoire/ Blocage à l'assemblée nationale: Lire la déclaration des partis de l'opposition
Côte d'Ivoire/ Reforme de la Cei: Le Gpate appelle le gouvernement à la poursuite des discussions
Côte d'Ivoire/Depuis Katiola Le camp Soro prend d'importantes décisions (Communiqué)
Côte d'Ivoire/ Conseil politique du Rhdp: Des tournées d'explications engagées
Côte d'Ivoire/Crise postélectorale: Human Rights Watch coince toujours le gouvernement de Ouattara
Recevant des chefs traditionnels en sa résidence de Daoukro, mardi Les révélations de Bédié sur la mésentente entre lui et Ouattara (Discours)
Agboville-Délégation départementale d’Agboville 1 Aké M’bo Frédéric, délégué sortant, passe le flambeau à deux nouveaux promus

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 56,208