EchosMedias.ci
FLASH
Bernad B. Dadié, auteur de plusieurs ouvrages litteraires décédé samedi à Abidja à l'âge de 103ansL’union nationale des Entreprises de télécommunication (UNETEL) annonce la suspension des tarifs de transactions de mobile money en vigueur depuis le 25 février 2019Amadou Soumahoro élu nouveau Président de l’Assemblée nationale ivoirienne
Mardi 19 mars

Côte d'Ivoire/Région du N’Zi Sougassou (Dimbokro) : Le miroir de l’apiculture

Société, 08.01.2019 14:52, vu 220 fois
Sounagssou
Sounagssou
Après avoir été pendant longtemps la boucle du cacao, Dimbokro est-elle devenue le vivier de l’apiculture ? Cette lancinante question mérite à plusieurs égards d’être posée. Soungassou (12 km à l’Est de Dimbokro) est en passe de devenir le temple du miel en Côte d’Ivoire. Une miellerie (Ndlr : unité de production de miel) y existe et ce, depuis 2005. Portée sur les fonts baptismaux par MM. Kouacou Koffi, Justin N’Guessan Kouassi et Pasteur François, le groupement des apiculteurs de Soungassou (Grass) a désormais pignon sur rue sur l’échiquier national. L’apiculture est définie comme l’ensemble des technique d’élevage des abeilles mellifères en vue de l’exploitation rationnelle des produits de la ruche : miel, cire, propolis, pollen, gelée royale, couvain, venin d’abeilles. Elle est basée sur une caisse spécialement conçue pour abriter les abeilles appelée ruche. Le Fem Pnud, l’Anader et le conseil général de Dimbokro étant les maîtres-d’œuvre. Composé de 24 membres dont 12 hommes et 12 femmes, Grass fait de la protection de l’environnement, son cheval de bataille à travers l’implantation d’une foultitude de ruches pièges. ‘’Grâce à cette activité génératrice de revenus consistants, nous avons trouvé une solution au chômage et à l’exode rural’’, indique M. Marcellin Yao le dynamique Président du groupement. S’il est vrai que l’apiculture est la principale activité de gras, il n’en demeure pas moins exact que Gras fait également l’aulacodiculture (élevage des aulacodes plus connus sous le nom d’agoutis), la riziculture et la culture du manioc. « La zone est propice à l’apiculture et à l’agriculture car nous sommes à la lisière de la forêt galerie et la savane arborée autour du N’Zi », poursuit, un tantinet fier, M. Yao qui dispose personnellement de plusieurs dizaines de ruches. Village cosmopolite de plus de 3500 âmes, Soungassou rêve de devenir le haut lieu de la formation apicole en côte d’Ivoire. D’ores et déjà, les jalons sont posés puisque Gras reçoit chaque année, de nombreux étudiants en fin de cycle de l’Institut national Polytechnique Houphouët-Boigny de Yamoussoukro. La cerise sur le gâteau, des doctorants viennent se former à Soungassou. Pour ce faire, la structure chère à M. Marcellin Yao a à son actif la formation de plus d’une vingtaine de villages qui ont réçu sur leurs sites, des mielleries clés en mains. Quant à l’aulacodiculture, elle prospère bon an mal an malgré certaines turpitudes. Cependant c’est la transformation du manioc qui pose problème eu égard à l’indisponibilité de la seule broyeuse du groupement. En effet, elle est en panne depuis 15 mois. Cela est d’autant plus un handicap que Gras est obligé de se tourner vers les broyeuses de Dimbokro avec cela comporte comme dépenses onéreuses. Le manque de moyen de locomotion des apiculteurs ne leur rend guère la tache facile en cela que c’est une activité qui requiert un suivi permanent. La production annuelle étant de 4750 litres, ce record peut être amélioré si des âmes généreuses et l’Etat prêtent une oreille attentive aux complaintes des apiculteurs de Sougassou. D’autre part, une décortiqueuse serait la bienvenue afin d’optimiser les rendements de la vaste rizière de Grass. Le groupement rêve de la construction imminente d’un centre de formation et d’encadrement avec des salles fonctionnelles et un internat. Un site de plusieurs hectares est déjà aménagé pour cette cause noble. Notons que le Fem Pnud, l’Anader et le conseil général de Dimbokro sont les partenaires privilégiés de Gras. Au total, il serait bon de préciser que le miel est un aliment diététique qui intervient dans le traitement de plusieurs maladies : la toux, la fatigue générale, la faiblesse intellectuelle, la fièvre, le rhumatisme, la constipation etc. Il est également utilisé pour les soins de beauté et pour faciliter l’accouchement. Vivement que les chancelleries, l’Etat et les âmes charitables aident cette structure qui a trouvé la solution du chômage rampant dans la région du N’Zi.




Source : Y.S

Lire aussi dans Société

Côte d’Ivoire/ La Cosefci (Syndicat) reconduit son mot d’ordre de grève, à partir de ce lundi 18 mars
Côte d'Ivoire/ Crise à l'école: La Fesci demande aux élèves et étudiants du privé de rester à la maison
Côte d'Ivoire/ Vitré 2 (Bassam): Une descente musclée des gendarmes fait plusieurs blessés
Côte d'Ivoire/ Renouvellement de la carte nationale d’identité: La direction générale de l'Oni fait des précisons
Côte d'Ivoire/ Grève à l’école La Lidho crie son indignation (Déclaration)
Côte d'Ivoire/ Grève dans le secteur éducation : Amadou Gon appelle les enseignants à privilégier l'intérêt des élèves
Côte d'Ivoire/ Grève dans le système éducatif: Les promoteurs d'établissements privés inquièts.
Côte d'Ivoire/ Crise dans le système éducatif: L'école toujours bloqué dans le secondaire
Côte d'Ivoire/Journée internationale des femmes Le CNDH invite l’Etat à mettre en place des programmes spécifiques pour faciliter l’autonomisation des femmes (Déclaration)
Côte d'Ivoire/ Crise dans le système éducatif: Une plateforme charge le régime

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2019 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 46,722