EchosMedias.ci
FLASH
Abdourhamane Cissé nommé Ministre du Pétrole, de l’Energie et des énergies renouvelables en remplacement de Thierry Tanoh. (Présidence)Commemoration du 25e Anniversaire du decès de Félix Houphouët Boigny à Yamoussoukro: le président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié absent
Lundi 10 décembre

Côte d'Ivoire/ Hommage du vice-président du Fpi: Lire le discours de Georges . Ouégnin

Politique, 03.12.2018 17:56, vu 80 fois
Un témoignage poignant
Un témoignage poignant
Hommage du Président de « Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté » (EDS) à la mémoire du Président Abou Drahamane SANGARE, Président par intérim du FPI, Membre Fondateur et Premier Vice Président de EDS
Vendredi 30 Novembre 2018,
Place Ficgayo, Yopougon

Madame la Première Dame, Simone Ehivet GBAGBO 2e Vice-présidente du Front Populaire Ivoirien ;

Madame la Ministre Odette Sauyet Likikouet, Vice Présidente du Front Populaire Ivoirien et Présidente du Comité d’Organisation des obsèques du Président Abou Drahamane Sangaré ;

Honorables membres de la Direction du Front Populaire Ivoirien ;

Distingués membres de la Grande famille Sangaré,

Chers frères et sœurs, Militantes, Militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien

Mesdames, Messieurs

S’il est vrai que « les grandes douleurs sont muettes » permettez que malgré la profonde douleur qui est mienne en cette circonstance, je déroge à cette assertion pour partager avec vous, cette pensée de la sagesse africaine qui nous enseigne «qu’ il y a quelque chose de plus fort que la mort. C’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants ».

En effet, chers frères et sœurs du FPI, mesdames et messieurs, cette pensée, à elle seule, traduit éloquemment l’état d’esprit dans lequel la disparition du Président Abou Drahamane Sangaré nous plonge.

Elle traduit surtout la tristesse, la consternation et l’amertume qui se sont emparées de nous et qui continuent de nous dévaster, depuis l’annonce, ce fatidique samedi 3 novembre 2018, de la brutale disparition de notre frère, notre compagnon de lutte, notre guide avisé dans le combat pour le changement démocratique de la Côte d’Ivoire.

Dans notre mémoire individuelle et collective, nous sommes désormais condamnés à vivre avec le souvenir de ce que nous avons vécu, fait et partagé, chacun à son niveau, avec le Président Abou Drahamane Sangaré, ce combattant de la Liberté, ce Grand Serviteur de l’Etat , cet Homme d’Exception qui nous a quitté dans la discrétion, comme il a vécu avec nous et parmi nous avec la même discrétion ; mais plus encore, avec humilité et disponibilité.
Oui, nous sommes désormais obligés, chers frères et sœurs, comme dans une sorte de torture morale sans fin, d’admettre dans notre mémoire, la présence continuelle de l’absence du Président Abou Drahamane Sangaré.
Quelle grande souffrance ! Quelle peine ! Quel désarroi !
Mais, en véritables hommes de foi nous sommes profondément convaincus que pour toutes les valeurs morales et qualités qu’il a incarné, toute sa vie durant, sur cette terre des hommes, le Président Abou Drahamane Sangaré est entré dans l’éternité de DIEU Tout Puissant et Miséricordieux, dans le monde des immortels, là ou il n’y a ni gémissements ni pleurs ni lamentations .

Aussi, disons nous avec foi « Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris que le saint nom du Seigneur soit béni ».

Permettez, frères et sœurs, mesdames messieurs, qu’à ce stade de mon propos, je réitère , au nom de tous les alliés politiques réunis au sein de la plateforme politique « Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté » (EDS ) , nos sincères condoléances à la famille biologique, la Grande famille Sangaré, à la famille politique, le Front Populaire Ivoirien, et surtout au Président Laurent Gbagbo, injustement détenu à la prison de la Cour Pénale Internationale de la Haye, qui perd ainsi une partie de lui-même, « son frère jumeau » comme il aime à l’ appeler et dont nous partageons la vive émotion.

Cependant, Chers frères et sœurs, demeurons forts dans la douleur, comme l’illustre disparu nous l’aurait conseillé lui-même et essuyons nos larmes, car ce que le président Abou Drahamane Sangaré a donné à son parti, à la lutte démocratique et à la Côte d’Ivoire en général, est de loin plus important que son corps physique que nous perdons.

En effet, de par son engagement constant dans la lutte pour le changement, de par sa conviction et sa foi inébranlable en l’idéal politique du FPI, de par sa fidélité et sa loyauté en cet idéal politique aux côtés de son camarade, le Président Laurent Gbagbo, le Président Abou Drahamane Sangaré a fini par devenir le symbole de la résistance et de la lutte pour le changement démocratique et la Souveraineté de la Côte d’Ivoire.
Or, nous le savons tous, les symboles ne meurent jamais.
Le Président Abou Drahamane Sangaré n’est donc pas mort.
Il reste et demeurera vivant dans notre mémoire collective et individuelle, pour peu que nous prenions conscience de notre responsabilité à nous inscrire définitivement avec conviction dans les sillons tracés par ce digne fils de la Côte d’Ivoire.

Chers frères et sœurs, je me surprends à vous parler aujourd’hui du Président Abou Drahamane Sangaré devant des voix plus autorisées et plus légitimes que la mienne, telles que celle de Madame Simone Ehivet Gbagbo qui a été avec lui de tous les combats, depuis la clandestinité jusqu’ à nos jours.

Moi qui ai été à une certaine époque un des adversaires politiques de son parti et de son leader charismatique le Président Laurent GBAGBO et qui aujourd’hui s’enorgueilli de partager la justesse de son combat et d’en être avec fierté un de ses plus grands défenseurs.
Moi qui n’ai commencé à véritablement fréquenter et à pratiquer ce valeureux fils du pays que seulement depuis près de deux années.
Mais, que n’ai-je pas retenu de lui, pendant ce court moment de proximité, comme enseignements, comme leçons de vie, comme valeur et qualités humaines ?
Sangaré, symbole de la fidélité et de courage ;
Sangaré, humilité, loyauté et dignité faites Homme ;
Sangaré, marque de conviction, de détermination et d’abnégation ;
Sangaré, négation de la corruption ;
Sangaré, refus de la compromission et de la facilité ;
Sangaré, l’autre nom du consensus, de la générosité, de la bonté et du don de soi.
Oui, frères et sœurs, je n’ai eu personnellement le privilège d’expérimenter toutes ces valeurs et qualités du président Abou Drahamane Sangaré qu’à partir de janvier- février 2017.
C’est à cette période, en effet, que ce digne et illustre fils de notre pays que nous pleurons tous m’a fait l’immense l’honneur, et croyez moi, à ma très grande surprise, de me proposer et de me désigner à la tête de « Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté » (EDS), notre plateforme politique, que nous avons, avec certains, porté sur les fonts baptismaux le 20 avril 2017 ; plate forme dont le référent politique est le président Laurent Gbagbo, le Père de la démocratie en Cote d’ivoire.
EDS , « Enfant de Sangaré » comme se plaisent à le dire certains, à juste titre d’ailleurs .
EDS dont il est l’initiateur, le concepteur et le fondateur
EDS qu’il ambitionnait d’être le creuset du rassemblement de toutes les forces vives de la nation, rassemblement de toutes les personnes éprises de justice, de liberté, de démocratie de dialogue et de Paix.
EDS, véritable instrument de lutte et de rassemblement de tous ceux et toutes celles qui partagent la vision et la philosophie politique du président Laurent GBAGBO pour une Côte d’ivoire réconciliée, une Côte d’ivoire de fraternité, une Côte d’ivoire de solidarité, une Côte d’ivoire de prospérité, une Côte d’ivoire de paix.
Oui, Chers frères et sœurs, je puis vous affirmer que depuis ce 20 avril 2017, il existait une parfaite complicité entre le président Abou Drahamane Sangaré et nous.
IL était pour nous, bien plus que le premier vice-Président de EDS chargé de la stratégie et de la politique générale, le guide, le pilier, le conseiller pour la bonne marche de la plate forme commune.
Nous perdons, un soutien précieux et inestimable qui sera, nous le savons, extrêmement difficile à remplacer.
Ensemble, avec tous les autres membres fondateurs et membres des instances de EDS nous avons ouverts, sur ses recommandations, plusieurs chantiers dont certains restent inachevés au moment où il nous quitte.

Il s’agit, de la lutte pour la libération du président Laurent Gbagbo, du ministre Charles Blé Goudé, de la libération de nombreux prisonniers politiques civils et militaires qui croupissent encore dans les geôles du pouvoir.
Il s’agit du retour sécurisé, sur la terre de leurs ancêtres de nos frères et sœurs contraints à l’exil.
IL s’agit de la réforme, en profondeur, du cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire en vue des scrutins justes, régulières, équitables, transparentes et démocratiques, seuls gage d’une alternance pacifique dans notre pays.
Aujourd’hui, au regard de l’évolution de l’actualité judiciaire au niveau de la Cour Pénale Internationale (CPI) et au moment où nous attendons dans la confiance et la sérénité la libération et le retour au pays du président Laurent Gbagbo, et du ministre Charles Blé Goudé, la mort arrache Sangaré à notre affection.
Aujourd’hui, après avoir engagé le combat de la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI) par la mobilisation des démocrates dont les pressions ont contraint le chef de l’Etat actuel à prendre un engagement dans ce sens le 06 août 2018, « le gardien du temple », que dis-je, le bouclier, le rempart de la lutte démocratique, nous fausse compagnie par l’unique volonté de Dieu Tout Puissant et Miséricordieux
Chers frères et sœurs, le temps ne suffira pas pour égrener ici, les chantiers inachevés de ce grand combattant de la liberté dont nous nous devons d’honorer la mémoire en réaffirmant, ici et maintenant, notre engagement à poursuivre, sans complexe et sans faiblesse mais avec plus de détermination, le combat qui a été le sien au service de la Côte d’Ivoire, notre patrimoine commun.

Oui, chers frères et sœurs, nous avons le devoir de nous réarmer moralement et psychologiquement pour gagner tous ces combats que nous lègue le président Abou Drahamane Sangaré pour le changement démocratique de la Côte d’Ivoire qui passe par notre victoire aux cotés du Président Laurent GBAGBO à toutes les échéances électorales de 2020, grâce à des scrutins justes transparents et démocratiques.
Oui, le président Sangaré en avait fait une véritable obsession.
Nous n’avons pas le droit de décevoir les espoirs, nourris par notre illustre disparu qui a consacré toute sa vie à son parti, aux structures de rassemblement et à la Côte d’Ivoire qu’il a toujours rêvée libre, démocratique et souveraine
« Si je n’entre pas dans la terre promise, enjambez mon corps et continuez le combat » semble nous dire le président Abou Drahamane Sangaré, d’où il se trouve en ce moment.
Pour EDS, ces propos du « gardien du Temple » sont comme un ordre de mission que nous avons impérativement le devoir de remplir par fidélité à sa mémoire.
Nous le ferons, Ensemble, soyez en rassurés, nous en faisons solennellement le serment
Que Dieu qui est Amour, Justice, et Vérité accueille le président Sangaré dans son Paradis céleste, fortifie sa famille biologique et politique et bénisse notre pays
Repose en paix Président Abou Drahamane Sangaré !
Repose en paix cher frère ainé !

Repose en paix « gardien du Temple » sous cette terre de la Côte d’ivoire que tu as tant aimée.

Fait à Abidjan, le 30 Novembre 2018
Pr Georges Armand Ouégnin


Source : sercom

Lire aussi dans Politique

Côte d'Ivoire/Commémoration du 25ème anniversaire de Félix Houphouët Boigny : L’évêque d’Agboville aux ivoiriens : cassons les murs qui nous séparent.
Côte d'Ivoire/Forum Houphouëtiste: Un séminaire ouvert ce vendredi à San-pedro, à l'intention des journalistes
Côte d'Ivoire/ Ag constitutive du Rhdp: 80000 personnes annoncées
Côte d'Ivoire/Avant le congrès constitutif du Rhdp du 26 janvier 2019 : Révélations sur le sort réservé aux partis politiques membres
Côte d'Ivoire/ Obsèques du président Sangaré:Lire le discours d’hommage et d’engagement de Simone Gbagbo
Côte d'Ivoire/ Reprise des élections municiaples et régionales le 16 décembre
Côte d'Ivoire/ Obsèques du 1er vice-président du Fpi: Gbagbo salue la classe politique
Côte d'Ivoire/ Echauffourés entre partisans de Gbagbo et Affi à la levée de corps du 1er vice-pdt du Fpi
Côte d'Ivoire/ Décédé le 3 novembre, l'ex-1er vice-président du Fpi inhumé, aujourd'hui
Côte d'Ivoire/ Repries des élections couplées dans plusieurs villes

  Retourner

Plan du site
Accueil
Articles
Photos
Videos
Contacts
Rubriques
Economie
Politique
Société
Droits humains
Sport
International
Contribution
Culture
Environnement
Sciences et Technologies
Nous contacter
Tél. : (+225) 47 47 96 11
E-mail : infos@echosmedias.ci
©2007-2018 EchosMedias.ci
Rejoignez-nous :
Visites du mois : 29,375